Actus

CLASSE FIGARO

Nouveau Figaro : l'appel à candidature est lancé

Prévu pour entrer en service en 2019, le Figaro Bénéteau III sera plus petit que l’actuel, mais aussi plus innovant. Via leur Comité de pilotage, le Groupe Bénéteau et la Classe Figaro viennent de publier l'appel à candidature, ce mercredi 10 février.
  • Publié le : 10/02/2016 - 12:17

Un nouveau Figaro en 2019À la différence du monotype actuel, le Figaro Bénéteau III pourrait être équipé de spis asymétriques, d'une quille pendulaire voire d"appendices porteurs. Tous ces sujets sont en discussion.Photo @ Arnaud Pilpré/La Solitaire du Figaro

Qui succèdera au Groupe Finot, auteur du Figaro I lancé en 1990, et à Marc Lombard qui avait conçu le Figaro II sur lequel les solitaires ferraillent depuis 2003 ? Nous le saurons d’ici un mois et demi (fin mars) quand la Classe Figaro Bénéteau se réunira en assemblée générale extraordinaire pour le décider. D’ici là, les cabinets d’architectes candidats ont onze jours pour envoyer les présentations de leurs moyens et références. Trois prétendants seront retenus en short-list, sur dossiers. Ceux-là se verront remettre le cahier des charges et pourront démarrer l’étude d’avant-projet du nouveau monotype le 29 février. Ils auront alors jusqu’au 20 mars pour rendre leur copie et l’heureux élu sera connu dix jours plus tard.

Quille pendulaire et foils ?

La teneur exacte du cahier des charges n’est donc pas encore connue. L’appel à candidature résume toutefois que, comme ses prédécesseurs, le Figaro Bénéteau III sera un monotype avec les courses hauturières en solitaire et en double pour essentielle vocation. Pas de surprise jusqu’ici mais on note en revanche une caractéristique très importante : “entre 30 et 32 pieds”. Autrement dit, le Figaro Bénéteau III mesurera entre 9 m et 9,50 m. Il sera donc sensiblement plus petit que le bateau actuel (10,10 m) et plutôt dans les mensurations du Figaro I (9,14 m). La donnée est importante car – pour faire simple – cette mesure très raisonnable permet d’envisager d’investir ailleurs que dans la longueur de coque et les mètres carrés de voile. Dans des innovations, par exemple...

La grande question à résoudre pour les architectes se cache en effet derrière une phrase de l’appel à candidatures: le futur monotype devra être  “doté de technologies apportant un fort gain de performance, tout en étant sécurisant et simple d'accès”.

Faire rapide mais fiable, performant mais facile, innovant mais pas trop cher... voilà bien la quadrature du cercle. Souvenons-nous des grands débats à l’occasion du lancement du Figaro II et de sa toute première course hauturière (le Trophée BPE Saint Nazaire-Dakar 2003). Les problématiques étaient les mêmes. La technologie et le savoir-faire des architectes et chantiers ont, eux, beaucoup progressé. La troisième version du Figaro Bénéteau sera forcément plus excitante. Surtout quand on sait que, parmi les sujets les plus souvent évoqués par les coureurs, on trouve par exemple et entre autres un spi asymétrique mais surtout une quille pendulaire et des appendices porteurs, foils ou DSS...

Une des difficultés est néanmoins de prévoir ce qui sera toujours innovant et performant à l’horizon 2019, l’actuel bateau ayant encore trois saisons officielles devant lui avant le lancement du nouveau monotype.

Un nouveau Figaro en 2019L"actuel Figaro Bénéteau II reste en service jusqu'à fin 2018.Photo @ Arnaud Pilpré/La Solitaire du Figaro