Portraits

Diaporama

Sea Bird

Un mythe centenaire

  • Publié le : 13/06/2011 - 11:28
Lancer le diaporama en plein écran
une b ecirc;te de pr egrave;s

Une bête de près

Avec sa quille longue et ses bouchains vifs, le Sea Bird est plus à l'aise au près qu'aux allures portantes. Autrefois voilier transocéanique, le bateau est aujourd'hui un day-boat classique au charme unique en son genre. © E.V Eric Vibart

un espace de man oelig;uvre suffisant

Un espace de manœuvre suffisant

Deux personnes tiennent à l'aise dans le cockpit autovideur (1,10 m de long sur 1,40 m de large) dont on distingue le large bridge-deck (0,61 m) tout à l'avant. Les hiloires basses conditionnent un confort rustique. © E.V Eric Vibart

un hors-tout impressionnant

Un hors-tout impressionnant

A l'avant, le bout-dehors fixe prolonge le hors-tout du bateau et le rend très exposé (et coûteux) dans les places de port. La queue de malet fait de même à l'arrière : en manoeuvre, il faut des yeux partout à la fois ! © E.V Eric Vibart

d eacute;pouillement rustique

Dépouillement rustique

Le Sea Bird est d'une simplicité biblique. A bord du bateau de Sergio Martinez, toutes les manoeuvres de grand-voile sont tournées en pied de mât. Sur le bateau de T.F. Day, les drisses revenaient au cockpit. © E.V Eric Vibart

structure solide

Structure solide

Cette vue de la pointe avant du bateau révèle des membrures rapprochées qui créent un ensemble solide. Bateau mis en chantier à l'endroit, l'équerrage de ces couples lors du montage sur la quille fut une phase délicate du travail. © E.V Eric Vibart

confort et  eacute;quilibre esth eacute;tique

Confort et équilibre esthétique

La hauteur sous barrot exceptionnellement faible (1,25 m... et impossibilité de se retourner sur la couchette) sauve l'esthétique du bateau, enlaidi dès qu'on a cherché à augmenter son franc-bord ou la hauteur de son rouf. © E.V Eric Vibart

espaces de rangement

Espaces de rangement

L'espace compris sous le grand bridge-deck est l'endroit le plus pratique pour ranger le matériel à garder sous la main. C'est derrière l'échelle que se logeait le moteur Knox in-bord de 3 cv sur le bateau de T.F.Day. © E.V Eric Vibart

bas sur l rsquo;eau

Bas sur l’eau

Avec un franc-bord de 0,45 m au plus faible, le Sea Bird, comme tous les bateaux de son époque, est très bas sur l'eau pour sa taille. Sa voilure, surbaissée elle aussi, se règle autant en latéral qu'en vertical lors des réductions. © E.V Eric Vibart

un passe-partout

Un passe-partout

Les formes relevées de son avant aident le Sea Bird à bien soulager dans la houle où il passe sans asperger le pont. Lors de notre essai, nous avons atteint 6 noeuds avec cette carène dont la surface mouillée n'est pas considérable. © E.V Eric Vibart

a la barre

A la barre

Réglage du tapecul à portée de main, Jorge Bascuñan, constructeur du bateau, manoeuvre la barre plutôt ferme du Sea Bird. Dans le puits-moteur, les 8 cv déportés du hors-bord permettent les manoeuvres de port avec prudence. © E.V Eric Vibart

fid eacute;lit eacute; exemplaire

Fidélité exemplaire

L'Espill del Mar respecte tous les détails du Sea Bird de T.F.Day... jusqu'à l'absence de filières qui incite à la prudence lors des déplacements sur le pont, même si les passavants sont bien dégagés. © E.V Eric Vibart

Photo 1/ 11
Vitesse
Lecture
Lancer le diaporama en plein écran

Les tags de cet article